Nouvelle-Calédonie : « Jamais les revendications n’avaient été aussi extrêmes »

Dix jours après les émeutes meurtrières qui ont embrasé la Nouvelle-Calédonie, les habitants continuent de vivre avec la boule au ventre et espèrent beaucoup de la visite d’Emmanuel Macron. Une Nouméenne de 31 ans s’est confiée à Paris Match.

nouvelle-calédonie : « jamais les revendications n’avaient été aussi extrêmes »

Nouvelle-Calédonie : « Jamais les revendications n’avaient été aussi extrêmes »

Après une vie à voyager à travers le monde, les parents de Marie (prénom d’emprunt), originaires d’Espagne et de France métropolitaine, ont posé leurs valises en Nouvelle-Calédonie en 1995. La fillette a grandi sur l’île, y a fait ses études et y possède désormais son propre appartement et son entreprise. Elle était seule chez elle, à Nouméa, au moment où des émeutes ont éclaté, dans la nuit du 13 au 14 mai.

Comment avez-vous vécu cette première nuit d’émeutes ?

J’ai découvert les dégâts le lendemain matin en me réveillant et je ne m’y attendais pas du tout. Face au chaos dans mon quartier, j’ai fait mes affaires en urgence et je suis partie rejoindre mes parents, qui vivent un peu plus au sud de l’île. Je ne voulais surtout pas rester toute seule. D’autant qu’on ne savait pas comment la situation allait évoluer et que la police a été débordée en raison d’un manque d’effectifs.

Faute de policiers suffisants, la population s’organise

Comment a-t-elle évolué justement cette situation, d’après vous qui êtes sur place ?

Dans certains quartiers, plutôt au nord de Nouméa et dans les quartiers modestes ou défavorisés, les émeutiers continuent de bombarder et de terroriser la population, qui est dans une incompréhension totale. Cela s’est néanmoins un peu calmé, notamment parce que des groupes de voisins se sont formés et ensemble, ils s’organisent pour protéger leur quartier.

À chaque croisement de rues, des barrages filtrent désormais le passage et les gens se relaient pour faire face en cas d’attaque de la part d’émeutiers. Même si eux sont simplement armés de volets, de branchages, de chaises longues et de ce qu’ils trouvent… La bonne nouvelle, c’est que petit à petit, les policiers commencent à arriver sur l’île et viennent prendre le relais.

À lire aussi Nouvelle-Calédonie : les images des violents affrontements en marge du vote à l’Assemblée nationale

Globalement, les habitants sont toutefois retournés au temps du confinement et restent barricadés chez eux. Les quelques magasins qui n’ont pas été détruits ouvrent à des heures particulières, il faut parfois attendre 3 heures pour rentrer et ensuite, ils imposent des règles très strictes, comme le fait de ne pas rester plus de 20 minutes et de ne pas prendre plus d’un certain nombre d’aliments par personne, pour pallier les pénuries.

En revanche, dans le sud de Nouméa et sur les baies, à 20 minutes de là où ça pète, la situation est très stable. On y vit un peu dans un monde parallèle, avec des boutiques qui ont rouvert et des enfants qui peuvent aller au parc.

Une population divisée par des clichés

Ces émeutes ont éclaté au moment où les députés débattaient à l’Assemblée d’un projet de loi réformant le droit de vote en Nouvelle-Calédonie. En tant qu’habitante de l’île, aviez-vous senti la colère monter ?

Il y avait eu quelques heurts la veille, mais rien d’inhabituel. Depuis 2018 et le premier référendum d’indépendance, il y a souvent des mouvements de contestation assez violents. Dans l’inconscient calédonien, nous avons toujours su que ça pouvait péter un jour. Nous vivons vraiment avec cette menace depuis plusieurs années. Mais jamais les revendications n’avaient été aussi extrêmes et à aucun moment, nous nous sommes dits « Ça va être cette semaine ».

Est-ce que vous avez le sentiment qu’aujourd’hui la colère des émeutiers est dirigée vers une certaine partie de la population, notamment les « Caldoches » (terme qui s’oppose aux Kanaks, la population autochtone mélanésienne) ?

Je ne pense pas, non. D’ailleurs, ce ne sont pas les quartiers dans lesquels la population non-mélanésienne vit qui sont visés par les émeutiers. Vous savez, au quotidien, on se moque des opinions politiques des uns et des autres. Kanaks et Caldoches de ma génération, nous avons grandi ensemble, été à l’école ensemble et aujourd’hui, on vit ensemble, on rit ensemble…

Kanaks et Caldoches de ma génération, nous avons grandi ensemble, été à l’école ensemble et aujourd’hui, on vit ensemble, on rit ensemble…

Une habitante de Nouméa

Malheureusement, les événements actuels nous divisent, car il y a un amalgame qui est fait entre la revendication pacifiste de l’indépendance et l’extrémisme revendiqué par certains aujourd’hui. Je pense d’ailleurs que la colère qui s’exprime aujourd’hui n’est pas directement liée à cette réforme, c’était juste la goutte d’eau ou l’occasion d’agir pour une certaine partie des indépendantistes que je qualifie d’extrémistes. Pour moi, les émeutiers sont des terroristes, pas de simples indépendantistes.

Une aspiration à plus de démocratie

Emmanuel Macron vient d’atterrir en Nouvelle-Calédonie. Attendez-vous quelque chose de sa venue sur l’île ?

Oui, que tout s’arrête. Le problème, c’est que les émeutiers ne s’arrêteront que s’ils obtiennent ce qu’ils veulent c’est-à-dire un retrait du projet de loi de « dégel du corps électoral ». Mais se plier à cette revendication en temps de crise, c’est se plier à la terreur. Et à chaque fois que les extrémistes ne seront pas d’accord avec une loi ou un projet de réforme, ils vont recommencer et nous ne pourrons jamais vivre en démocratie alors que nous sommes en France.

Je sais que l’équation est difficile à résoudre, mais il faut que le gouvernement trouve une solution parce qu’entre les difficultés économiques et maintenant la violence, les Calédoniens sont désormais nombreux à vouloir quitter l’île. Et j’en fais partie : ce n’est pas possible d’élever ses enfants dans la peur.

Dans les quartiers, la solidarité s’organise

Dans le quartier de la Vallée-des-Colons, à Nouméa, les nombreux artistes locaux se mobilisent pour permettre aux habitants de se changer les idées et « apporter un peu de joie aux enfants ».

Laura, une professeure de danse, explique ainsi qu’avec sa maman, elles proposent des initiations aux enfants. Sa mère propose aussi des cours de Pilate dans son jardin et son beau-père, magicien renommé localement, a improvisé des spectacles dans leur jardin et des initiations à la sculpture de ballons sur leur terrasse. Vendredi, il proposera également aux étudiants bloqués à Nouméa une parenthèse divertissante et se rendra dans des quartiers plus « chauds » pour offrir un peu de sa magie aux personnes les plus durement touchées.

Dans ce même quartier, une maîtresse propose aux plus jeunes des cours un peu particuliers pour pallier la fermeture des écoles et un musicien des cours de chants. En retour, les habitants font des gâteaux ou ramènent des fruits de leur jardin pour les partager avec leurs voisins. Et une fois la nuit tombée, ils vont sur les barrages apporter café et soutien aux habitants mobilisés pour défendre leur quartier.

OTHER NEWS

1 hour ago

Législatives : le RN supprimera la réforme de l’assurance chômage s’il arrive au pouvoir, promet Bardella

1 hour ago

Georges-Louis Bouchez donne un conseil pour que l'Open Vld reprenne des couleurs: "Il faut suivre cette ligne"

1 hour ago

Les touristes francophones plus que bienvenus à Middelkerke: "Amenez un petit peu de pognon"

1 hour ago

"Je voulais me barrer" : Tomer Sisley évoque son enfance malheureuse avec sa mère et sa "résurrection" quand il est parti vivre avec son père (VIDEO)

1 hour ago

"Mauvais pour le tourisme" : le nouveau système d'entrée/sortie de l'UE risque-t-il d'être à nouveau retardé ?

1 hour ago

Biogaran : la société pharmaceutique Benta a formulé une proposition de rachat

1 hour ago

Nouvelle-Calédonie: "retour progressif à la vie normale" avec une réouverture de l'aéroport

1 hour ago

Législatives 2024 : à Strasbourg, les tensions au sein du Nouveau Front populaire sèment le trouble chez les militants

1 hour ago

Ce soir à la TV : avec 6M d'entrées, cette comédie française a fait mieux que Spielberg et Indiana Jones

1 hour ago

Pour Bruno Le Maire, « la victoire est possible » pour le camp Macron grâce « au vote de conscience »

1 hour ago

Législatives 2024 : «Je ne sais pas si la droite peut se retrouver», les électeurs LR tentés de voter pour le camp présidentiel

2 hrs ago

Mercato : Un prix spécial annoncé au FC Barcelone pour Luis Diaz et Nico Williams

2 hrs ago

Gladiator 2: des photos de Paul Mescal en guerrier romain dévoilées

2 hrs ago

Bruno Genesio, nouvel entraîneur de Lille, débauche Jérémie Bréchet et Antonin Da Fonseca (OL) pour constituer son staff

2 hrs ago

OM : Un buteur marocain pour faire suer le PSG

2 hrs ago

Ils terrorisent l'Autriche, Didier Deschamps les met sur le banc

2 hrs ago

Pouvoir d'achat : les mesures du gouvernement Attal pour contrer la montée du RN

2 hrs ago

"Et moi, est-ce que je me plains?”: Mélenchon réagit après l'éviction de certaines figures LFI aux législatives

2 hrs ago

8 signes qu'il est temps de rompre

2 hrs ago

VIDÉO. On a retracé le parcours des colis perdus (et retrouvé leurs propriétaires)

2 hrs ago

Action GameStop : Roaring Kitty pousse le vendeur à découvert Citron hors de $ GME

2 hrs ago

Qu'est-ce qu'un gouvernement de centre-droit va changer pour les Belges ? "Beaucoup de choses, notamment sur l'emploi", estime Jean-Marie Dedecker (N-VA)

2 hrs ago

Officiel : deuxième transfert en 24h pour Charleroi, qui va chercher un gardien de Pro League

2 hrs ago

La der' de Jean-François Gillet, Mertens en sauveur, Vertonghen déjà capitaine : le dernier Belgique - Slovaquie, c'était il y a déjà 11 ans

2 hrs ago

L'Ukraine satisfaite du communiqué final du sommet pour la paix en Suisse

2 hrs ago

Face à La France insoumise, Serge Klarsfeld voterait “sans hésitation” pour le RN

2 hrs ago

Fête de l'Aïd el-Kébir: les fidèles musulmans lancent les célébrations ce dimanche

2 hrs ago

Ferrand-Prévot annonce un coup de théâtre

2 hrs ago

Voici les 8 aides de l'État que vous pouvez demander aujourd'hui sans condition de revenus

2 hrs ago

L'équipage quitte un navire frappé par les Houthis dans le golfe d'Aden

2 hrs ago

Guillaume Meurice invité à se présenter aux législatives par LFI, il réagit : “La République, c’est pas moi !”

2 hrs ago

Impôts : dénoncer des fraudeurs au fisc peut rapporter plus de 10 000 euros

2 hrs ago

J’ai roulé 1 000 km avec le nouveau Volkswagen ID.4 électrique : plus d’autonomie pour moins cher

2 hrs ago

Russie: six prisonniers tués lors d'une prise d'otages dans une prison, les otages sont saufs

2 hrs ago

"Luxueux bolides", "péril de mort"... Un mariage annulé après des troubles à l’ordre public à Vallauris

2 hrs ago

"Un homme au-dessus de la moyenne": Mélenchon fait part de sa "douleur" après le retrait de Quatennens

2 hrs ago

La meilleure pastille pour lave-vaisselle se trouve chez Lidl, selon l'UFC-Que Choisir (le paquet coûte à peine 5 euros !)

2 hrs ago

La Rochelle : « On s’en fout », Alldritt balaye l’idée d’une revanche contre Toulouse

2 hrs ago

Bundesliga : le Bayern Munich blinde le jeune Aleksandar Pavlovic

2 hrs ago

Bart De Wever, futur Premier ministre? Que pensent le MR et Les Engagés de cette possibilité?