« The Bikeriders » *:* Jodie Comer brille dans le nouveau film de motards signé Jeff Nichols

« the bikeriders » *:* jodie comer brille dans le nouveau film de motards signé jeff nichols

Image may contain: Austin Butler, Wood, Clothing, Coat, Jacket, Pants, Adult, Person, Footwear, Shoe, and Motorcycle

Où vont les hommes pour trouver un peu de camaraderie et déconne ? La bande de potes qui leur manque cruellement lorsqu’ils arpentent la longue et trop souvent solitaire route de l’existence ? Certains vont regarder le foot dans des bars, d’autres s’inscrivent à un club de bowling. D’autres encore deviennent membre d’un gang de bikers. C’est cette dernière option qu’explore The Bikeriders (aujourd’hui en salles). Écrit et réalisé par Jeff Nichols, le film s’inspire du livre de photos éponyme de Danny Lyon, paru en 1967, classique du genre et saisissante immersion au sein du Outlaws Motorcycle Club, plus ancien gang du genre aux États-Unis. Rebaptisée les Vandals chez Nichols, ces lascars du Grand Chicago n’étaient d’ailleurs pas un gang à l’origine, juste des garçons qui aimaient passer du temps les uns avec les autres.

Kathy et les garçons

Notre fenêtre sur ce petit monde n’est d’ailleurs, paradoxalement, pas membre du club. Kathy (Jodie Comer) est la petite amie – puis l’épouse – de Benny (Austin Butler), le laconique bras droit du leader des Vandals, Johnny (Tom Hardy). Interviewée sur sa vie chez les bikers par Lyon (joué par Mike Faist), elle devient de fait la narratrice du film. Et quelle exquise conteuse : Comer est ici lumineuse, pétillante, vive, et s’exprime avec un accent de l’Illinois bluffant (rappelons à toutes fins utiles que celle qui s’est fait connaître en tueuse modeuse dans la série Killing Eve est née à Liverpool). Elle captive en racontant son histoire d’amour avec Benny, la création des Vandals, et leur dérive progressive vers quelque chose de nettement plus sinistre.

Cette note finale confère au film sa dimension mélancolique, son âpreté. Mais avant ça, Nichols fait le choix de dérouler une histoire finalement assez charmante, une sorte de témoignage de ce besoin propre au mâle hétéro de se rapprocher de ses semblables, en quête d’un but peut-être ? De chaleur humaine ? Bien sûr, jamais ces hommes n’avoueront que c’est pour ça qu’ils sont là : non, ce qu’ils aiment, ce sont les motos et la bière, c’est tout. Mais nous, spectateurs, pouvons voir ce qui les motivent réellement : le groupe est une excuse pour se faire des copains à peu de frais, sans avoir à exprimer, et encore moins à admettre, ces sentiments gênants et si peu virils.

Kathy est évidemment folle d’amour pour Benny, et comment l’en blâmer ? Butler apporte à The Bikeriders sa patine old Hollywood ; il est essentiellement là pour faire joli, la moue boudeuse et l’œil humide. Johnny lui-même a l’air d’en pincer pour lui, on a presque le sentiment par moments que les deux hommes sont sur le point d’échanger un baiser. Nichols ne creuse pas plus que ça ce sillon homoérotique, par souci de vérité historique peut-être ou simplement parce que ce n’est pas le film qu’il avait en tête. On l’avoue, on n’aurait pas rechigné s’il avait choisi de s’engager un peu plus dans cette voie (en tout bien tout honneur, évidemment).

Soupir de résignation

Mais peut-être après tout que ça fonctionne mieux comme ça, comme une simple suggestion. The Bikeriders ne vise pas l’analyse en profondeur. C’est un film d’ambiance, d’atmosphère ; l’intrigue n’est jamais vraiment au premier plan et on n’en saura pas plus sur ce qui hante Benny le solitaire. Tout le projet ne semble tenir que sur le désir de son créateur d’embrasser cet environnement – un lieu, une époque, une communauté – qui manifestement l’intéresse sincèrement. Tel qu’il est, The Bikeriders donne pourtant le sentiment qu’une version plus longue, plus roborative du film s’est perdue quelque part dans la salle de montage. Ce qui ne l’empêche nullement de déployer son charme diffus, suffisamment en tout cas pour que le spectateur demeure concerné quand les choses vont tourner au vinaigre pour Johnny, Benny et les autres.

Si ces bons à rien de nouveaux membres, qui vont faire pencher les Vandals du côté obscur, sont clairement identifiés comme les méchants de l’affaire, Nichols prend toutefois soin d’offrir un peu de contexte. Beaucoup de ces types rentrent du Vietnam, brisés, toxicos, sans avenir. D’autres sont juste des paumés issus de foyers défavorisés et violents, qui trouvent dans le club des frères d’arme, une béquille. Les anciens, eux, qui après tout sont peut-être vraiment là parce qu’ils aiment faire de la moto, observent les événements avec une passivité lasse. La tension monte, le drame est inévitable, mais le cinéaste filme tout ça avec une espèce de soupir de résignation.

Kathy elle-même relate les faits avec un haussement d’épaules qui semble dire “C’est comme ça, on y peut rien”. Elle se décrit en observatrice, comme nous spectateurs, jamais en mesure d’avoir le moindre impact sur le cours des choses. De l’impact, elle en a pourtant assurément sur le film par la grâce de Jodie Comer. Bien sûr, la petite leçon de culture biker n’est pas désagréable, mais la présence de l’Anglaise est ce que le film a de meilleur à offrir. Même quand elle doit s’emparer d’un personnage aussi fort que Kathy, elle ne perd rien de son naturel fascinant et s’impose définitivement comme l’une des plus grandes actrices du moment.

À plusieurs reprises en la voyant dans The Bikeriders, on ne pourra s’empêcher de penser furtivement à une certaine Meryl Streep : même intelligence dans le jeu, même talent inné pour la transformation. Dans cette histoire d’hommes, c’est elle, la femme qui emporte le morceau, éclat de vie saillant dans un tableau nébuleux de fumée et de cuir, peut-être un peu trop étudié, trop figé. C’est dans son club à elle qu’on veut s’inscrire. On signe où ?

OTHER NEWS

3 hrs ago

Copa América : la finale Argentine – Colombie en direct !

4 hrs ago

Espagne - Angleterre : la performance historique de Lamine Yamal

4 hrs ago

Argentine-Colombie : streaming gratuit, chaîne TV et compos

4 hrs ago

Le nouveau mentor du Racing impose son style

4 hrs ago

Espagne - Angleterre : quand Carvajal demande à Saka d'arrêter de "pleurer"

4 hrs ago

Niger: nouveau sabotage du pipeline transportant le brut vers le port de Cotonou

4 hrs ago

Voyager en train, de plus en plus tendance: "L'avion n'était pas du tout une option"

4 hrs ago

Mort de l'actrice américaine Shannen Doherty à l'âge de 53 ans

4 hrs ago

Mercato : L'OL crée un loft d'indésirables et y place déjà cinq joueurs

4 hrs ago

Paris face au défi du syndrome de Diogène : Que faut-il savoir ?

4 hrs ago

Qui est Elisabeth Degryse, la nouvelle ministre-présidente de la Fédération Wallonie-Bruxelles ?

4 hrs ago

États-Unis: Joe Biden et Donald Trump plaident l'unité après la tentative d'assassinat

4 hrs ago

Voici les signes astrologiques les plus patients en amour

4 hrs ago

Rodri meilleur joueur du tournoi, Lamine Yamal meilleur jeune : les Espagnols raflent toutes les récompenses individuelles à l’Euro 2024

4 hrs ago

L’Espagne remporte l’Euro 2024 !

4 hrs ago

Voici le repreneur des magasins Inno en Belgique

4 hrs ago

Le reprise des Chamois Niortais pose encore bien des questions !

4 hrs ago

La Ligue 1 sur BeIN, Textor et l'OL enragent

4 hrs ago

Espagne - Angleterre : la réaction classe de Southgate, qui félicite la Roja

5 hrs ago

Rouen: après des dégradations liées à des insectes parasites, des travaux menés au Gros-Horloge

5 hrs ago

Mercato – Simons ne jouera pas pour le PSG, ça se confirme !

5 hrs ago

Ce sac à dos Eastpak à petit prix est parfait pour les vacances, la rentrée et le travail

5 hrs ago

Le prince Harry plus seul que jamais : même ses amis lui tournent le dos… à cause de Meghan !

5 hrs ago

Une page va se tourner : l’Espagnol Jesus Navas prendra sa retraite internationale après la finale de l’Euro 2024

6 hrs ago

Il se relance en Eredivisie après un passage manqué à Bruges : "Je ne me sentais pas tout à fait à l'aise"

6 hrs ago

Un joueur du Standard, inquiet de la situation, pourrait décider de quitter le club

6 hrs ago

« Le Diable s’habille en Prada ». Disney serait en train de travailler sur une suite

6 hrs ago

XV de France : un discours rempli d'émotions pour Marc Lièvremont concernant l'affaire Jegou-Auradou

6 hrs ago

Le meilleur joueur de l’Euro est sans surprise espagnol

6 hrs ago

Un meilleur aperçu de tout le plaisir qui nous attend dans le jeu. Nintendo World Championships: NES Edition

6 hrs ago

À 30 minutes de Marseille, cette cité provençale historique est idéale pour les vacances ou pour un long week-end

6 hrs ago

Le père de Lamine Yamal sort du silence

6 hrs ago

Les Bleuets en or à l'Euro après leur victoire en finale contre l'Italie

6 hrs ago

Kate Middleton à Wimbledon : la princesse de Galles resplendissante avec sa fille Charlotte et sa sœur Pippa

6 hrs ago

Ludovic Pommeret (vainqueur de la Hardrock 100) : « J'ai fait une course parfaite »

6 hrs ago

La Toyota numéro 8 domine les 6 heures de Sao Paulo devant les Porsche

6 hrs ago

Le marché des pilotes de F1 est pris en otage par Sainz : Sera-t-il bientôt sa propre victime ?

6 hrs ago

Droits TV, fin du suspense pour la L1

6 hrs ago

Explication de la fin de « To The Moon »

6 hrs ago

MotoGP, Lin Jarvis Yamaha : « quand le moment sera venu pour Alonso Lopez de passer en catégorie reine, nous pourrons y penser »

ALONGWALKER VIETNAM: Kênh khám phá trải nghiệm của giới trẻ, thế giới du lịch ALONGWALKER INDONESIA: Saluran untuk mengeksplorasi pengalaman para pemuda global