Gil Rigoulet, un authentique photographe de l’intime

Jusqu’à la fin du mois de mai, la maison Saint Laurent met en valeur le travail du photographe Gil Rigoulet. Dans deux de ses boutiques, à savoir Saint Laurent Babylone à Paris et Saint Laurent Rive Droite à Los Angeles, douze des nombreux clichés du Français vont être exposés. En plus de pouvoir se procurer ses splendides tirages, cet artiste reconnu pour son don de l’observation exprimé notamment via sa célèbre série “Body and Water” sera en signature au magasin parisien du 9 rue de Grenelle, ce 18 mai 2024.

Avant lui, personne n'occupa ce poste et la postérité a retenu qu’il fut à jamais le premier. Lorsque Gil Rigoulet lance sa carrière dans les médias en 1975, il ne lui faudra que cinq petites années avant de, déjà, définitivement marquer de son empreinte le milieu. À l’orée de la décennie 1980, le Français devient le premier chasseur d’images attitré du journal Le Monde. Avec ce titre de référence, la belle histoire va s’étendre sur vingt ans. En parallèle, sur un laps de temps un peu plus conséquent, jusqu’en 2007, il collabore avec de nombreux magazines et organes de presse du pays ainsi que des internationaux, comme Géo, Grands Reportages, Elle, The Sunday Times, La Repubblica, La Stampa, El País et passons. Insatiable curieux, Gil Rigoulet développe ses propres pratiques et spécialités, notamment la photographie de rue qu’il expérimente à travers l’Europe, l’Amérique du Nord et l’Asie.

Également réputée pour son approche avec les appareils Polaroid, l’esthétique qu’il a su réaliser reste unique en son genre. Sensible à son travail, Anthony Vaccarello l’a invité à exposer au sein du récent concept-store Saint Laurent Babylone (Paris), une nouvelle sorte d’espace culturel dédié aux arts. Le principal intéressé sera présent ce 18 mai dans cet endroit hybride, partagé entre une librairie, un disquaire et une galerie.

Une voie par défaut

À l’origine, Gil Rigoulet, né en 1955, voulait être peintre ou styliste. Convaincu de ses choix, il se confronte alors aux épreuves du Concours des arts appliqués. Une fois terminé, le verdict de ses examinateurs est sans appel. Puisque l’adolescent est daltonien, ils le somment de revoir sa décision. Avec le recul, c’est sans doute pour cela que ses futurs tirages, outre ceux en noir et blanc, resplendiront de couleurs uniques. Pour l’heure, le jeune homme ne semble pas abattu et découvre vite un moyen de rebondir, en étant toujours persuadé que ses yeux le guideront. Dès 1975, il trouve son salut en les plaçant derrière un appareil photo. Désormais, il regardera le monde à travers cet outil dont il ne séparera plus, à immortaliser constamment des scènes spéciales. D’abord pour la presse française et un premier employeur, La Dépêche de l’Eure, pour qui il fait une série sur les rockabillys, avant de s’exporter lors des décennies suivantes. En 1986, Robert Doisneau présente ses images dans le magazine Photo et Christian Caujolle l’expose à la piscine flottante désormais coulée Deligny pour Vivre en maillot de bain, aux côtés des importants Josef Koudelka, Marc Riboud, William Klein, Helmut Newton ou Jacques-Henri Lartigue.

Depuis ses débuts, à côté de ses commandes professionnelles, le photojournaliste parcourt aussi la planète en étant animé par une fibre typiquement artistique. Quand il scrute le quotidien avec cet œil, ses travaux s’organisent selon des thèmes précis. Avec son regard intense et intime, Gil Rigoulet s’immisce dans l’activité des gens, qu’ils viennent de Londres, Naples et Chicago. À propos des séries réalisées dans ces trois lieux entre 1970 et 1980, il racontait dans une ancienne interview : “À l’époque, je photographiais dans un contexte politique et je m’intéressais à la place de l’homme dans ce monde. Un monde que l’homme ne choisit pas, et qu’il subit parfois à son insu. La rue était l’écrin, j’y plongeais mon appareil sans complexe…” Grâce à ses allées et venues dans les artères des villes, le Français s’est bâti une solide réputation dans la “Street Photography”. Il la gonflera bien vite en ajoutant de nouvelles lubies, à l’image des rockers aux mèches gominées, des baisers d’amour ou dans un autre genre, le corps et l’eau.

gil rigoulet, un authentique photographe de l’intime
Saint Laurent / Gil Rigoulet

Liberté(s)

Concernant ce dernier thème, toujours dans la même interview, il explique : “Dans cette recherche sur le corps et l’eau, il y a une partie sociale et une autre plus esthétique. L’état d’apesanteur, de fluidité, ce lâcher-prise, ce bien-être pour beaucoup, cette suspension aquatique est presque un monde à part, la lumière qui se diffracte sous l’eau l’habille de zébrures. Un univers visuellement fascinant.” Au sein de cette œuvre globale, viennent se loger quelques-uns des clichés les plus célèbres de Gil Rigoulet. Exposées pour la première fois à la Galerie Caroline Tresca en mai 2014, les uniques photos en noir et blanc de la piscine Molitor qu’il a réalisées en 1985 sont l’une des signatures de son travail. En plus de leur esthétique singulière, l’artiste propose une plongée dans cette génération où les possibilités étaient considérables. Ce qui souligne en retour la différence avec la nôtre : “Cet esprit de liberté résonne étonnamment aujourd’hui, d’où le succès de ces photos. Les gens sont vraiment surpris de voir autant de liberté en France. Cela marque une époque révolue”, détaille le chasseur d’images dans un autre article datant de 2017.

S’il faut mettre en valeur un aspect dans l’œuvre de Gil Rigoulet, il s’agit bien entendu de sa faculté à observer ce qui l’entoure. En posant son objectif sur les individus environnants, il pénètre dans leur intimité avec une telle justesse que ses sujets sembleraient presque vivants. Bien qu’ils paraissent réfléchis au possible, ses cycles artistiques sont en réalité perpétuellement guidés par son instinct. C’est d’ailleurs ce que le Français soulignait, lors d’une prise de parole récente : “Souvent, j’ai commencé une série sans savoir pourquoi, sans devoir photographique. Inconsciemment, j’ai tiré le fil. Le temps et la maturité ont fait le reste. Je travaille sur plusieurs sujets qui me touchent et tous s’affinent et évoluent. Comme en peinture, il y a des moments où notre sensibilité change.” Aujourd’hui, ses techniques sont reconnues et ses clichés viennent tapisser les murs de prestigieux lieux tels que le Muséum National d'Histoire Naturelle et le Musée d’Art contemporain de Paris. Ils habillent aussi des galeries, à la façon de ses photos de l’Angleterre des années 70-80 qui ont été montrées pour la première fois dans l’établissement le 247, en juin 2016.

gil rigoulet, un authentique photographe de l’intime
Saint Laurent / Gil Rigoulet

Saint Laurent présente

Une nouvelle fois, depuis le début de ce mois de mai et jusqu’à son terme, le travail de Gil Rigoulet est encore célébré. Grâce à Saint Laurent, sous l’impulsion de son directeur artistique Anthony Vaccarello, les clichés du photographe trônent dans deux boutiques de la maison. D’un côté de l’Atlantique, au sein de Saint Laurent Rive Droite à Los Angeles, mais également de l’autre, dans la récente Saint Laurent Babylone, à l’architecture brute et minimaliste. Au nombre de 12, les œuvres en noir et blanc donnent un fidèle aperçu de la maestria de l’artiste. Son univers s’associe à merveille avec l’ADN de ce nouveau concept-store installé dans le quartier Sèvres-Babylone, cher à Yves Saint Laurent et Pierre Bergé. En guise d’ultime temps fort, l’exposition sera marquée par une séance de dédicaces le 18 mai à Saint Laurent Babylone, niché au 9 rue de Grenelle.

OTHER NEWS

44 minutes ago

Roland-Garros. Lucas Pouille sorti au 1er tour des qualifications par le prodige serbe Medjedovic

44 minutes ago

Roland-Garros. L’orage stoppe les matches du premier tour, Lucas Pouille sur le Lenglen

44 minutes ago

Premier entraînement pour Rafael Nadal à Roland-Garros

44 minutes ago

Crise de gastro-entérite sur un bateau de croisière au large des Canaries, une centaine de passagers confinés

44 minutes ago

Un entraîneur de Pro League parmi les successeurs potentiels de Will Still à Reims

49 minutes ago

Gaza: Israël veut élargir son opération dans la ville de Rafah

51 minutes ago

Ageas prend une participation dans le chinois Taiping Pension

52 minutes ago

Guerre Israël-Hamas, jour 227 : le ministre de la défense israélien argue à un envoyé américain l’« obligation » pour Israël d’étendre son offensive à Rafah

52 minutes ago

La Bourse de Paris revient au contact des 8.200 points

52 minutes ago

Barça : conflit total en interne pour le futur coach ?

52 minutes ago

Mort d’Ebrahim Raïssi : la très courte réaction de la France après la mort du président iranien

52 minutes ago

VIDEO - Ligue 1 : quand Bilal Brahimi, joueur de Brest prêté par Nice, les remercie pour la qualification en LDC

52 minutes ago

OFFICIEL : Manchester City est sacré champion d’Angleterre, Jurgen Klopp réussit sa dernière avec Liverpool

52 minutes ago

Paris et Monaco finissent en beauté

52 minutes ago

MotoGP 2025 : Ducati attend la décision de Pramac qui impactera les options disponibles pour Gresini et la VR46

53 minutes ago

Ce soir sur Netflix : un génial film de science-fiction avec un Hugh Jackman en méchant à la nuque longue !

53 minutes ago

LOSC ou AC Milan ? Paulo Fonseca a fait son choix

53 minutes ago

Liverpool : les Reds officialisent le remplacement de Jurgen Klopp !

1 hour ago

OM : Longoria démission, un proche de Zidane lance la charge

1 hour ago

Jean Reno explique les raisons de l'échec de son premier mariage avec la mère de Sandra et Michael : "Je suis écartelé entre..."

1 hour ago

Pour voir la Ligue 1, il faudra mettre encore la main au portefeuille

1 hour ago

PSG : Kylian Mbappé organise sa soirée d’adieux dans un restaurant parisien, 250 invités dont Macron

1 hour ago

FC Barcelone - Rayo Vallecano (3-0) : Les notes des Blaugrana après leur victoire en Liga

1 hour ago

Lourde défaite des Bleues face à la Turquie en Ligue des nations

1 hour ago

Pro D2 : record battu pour les affluences sur cette saison 2023-2024 !

1 hour ago

Jour blanc pour les Bleus engagés ce lundi aux Mondiaux d'Abu Dhabi

1 hour ago

HPI sur TF1 : comment voir les épisodes de la saison 4 en avant-première ?

1 hour ago

La Nouvelle-Calédonie toujours bloquée avant un nouveau Conseil de défense à Paris

1 hour ago

A Cannes, le réalisateur russe Kirill Serebrennikov brandit les portraits de deux artistes jugés à Moscou

1 hour ago

"Je me sens blessée" : Francesca (Secret Story 2024) émue aux larmes en découvrant la trahison de Cassandra et Zoé lors des dernières nominations

1 hour ago

Rachida Dati, la nouvelle “Pretty Woman” de Richard Gere. La Ministre de la Culture tout sourire face à la star américaine (VIDEO)

1 hour ago

Mercato OGC Nice : Rivère cash sur la situation de Francesco Farioli

1 hour ago

Ceci n'est pas un exercice ! Arthur Vermeeren a rejoué avec l'Atletico (mais ce n'était vraiment pas un cadeau)

1 hour ago

Cristina Cordula s’acharne sur cette tendance mode qui sera pourtant partout cet été 2024 : « C’est un délit »

1 hour ago

Mariés au premier regard : découvrez quel couple va dire « non » devant l’autel

1 hour ago

« Indescriptible », « incroyable »: l’immense joie du Stade Brestois

1 hour ago

Fury - Usyk. « Sur les six premiers rounds, il en a peut-être gagné un » : Fury surpris du résultat

1 hour ago

“Je peux vite péter un câble” : pourquoi Laurie (Mariés au premier regard) songe à annuler son mariage avant même d’avoir vu Jean-Nicolas

1 hour ago

Une figure emblématique de Danse avec les stars annonce un drame, elle poste un vibrant hommage

1 hour ago

Stade Rennais. Les chiffres d’une saison à oublier

Kênh khám phá trải nghiệm của giới trẻ, thế giới du lịch